Génération identitaire conteste sa dissolution devant la Cour européenne des droits de l’homme

Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur du gouvernement Macron, avait prononcé en Conseil des ministres la dissolution du mouvement de jeunesse Génération identitaire en mars 2021. À la suite de cette décision, ses militants avaient fait appel de la décision devant le Conseil d’État, qui a débouté la requête. Aujourd’hui, c’est devant la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) que cette association de lanceurs d’alerte enracinés a décidé de faire entendre sa voix.

Le mandat d’Emmanuel Macron se caractérise par sa frénésie des dissolutions : aucun autre gouvernement de la Ve République n’a eu autant recours à cette méthode pour lutter contre ses adversaires politiques. Il est pourtant nécessaire que toutes les victimes de cette répression emploient tous les moyens possibles pour faire respecter la justice authentique, dénoncer ces abus de pouvoir et permettre à tous les citoyens français attachés à la défense de leur culture de s’exprimer et d’agir politiquement.
C’est la raison pour laquelle les militants identitaires ont refusé de se satisfaire de la décision du Conseil d’État et de porter le dossier devant les instances européennes.

L’ASLA apporte un soutien (moral et financier) plein et entier aux membres de Génération identitaire dans leur démarche, et espère le prompt rétablissement de la justice dans notre pays.