4 mois de prison avec sursis requis contre 2 ex-porte-parole de Génération identitaire !

Le 16 juin 2021, Thaïs d’Escufon et Jérémie Piano étaient convoqués à Saint-Gaudens (Haute-Garonne) devant le tribunal correctionnel par le Procureur de la République. Leur crime ? Avoir dénoncé, lors de l’opération Defend Europe Pyrénées de janvier 2021, l’arrivée massive de migrants par le Col du Portillon. Dans un communiqué vidéo, les deux anciens porte-parole de Génération identitaire (association qui a depuis subi une dissolution politique par le gouvernement) rappelaient le risque sécuritaire posé par cette violation caractérisée de notre frontière.

Pour le Procureur de la République, le fait que de jeunes Français de souche affirment la nécessité de défendre leur pays constitue une « incitation à la haine ». Le parquet a requis 4 mois de prison avec sursis et 4 000 € d’amende pour chacun des militants.

Cette réquisition politique s’inscrit dans la répression ininterrompue et obsessionnelle dont font l’objet les jeunes militants identitaires. La dissolution de Génération identitaire a constitué une étape supplémentaire dans la radicalisation idéologique de la justice française, plus occupée à traquer les Français attachés à la défense de leur pays qu’aux nombreux crimes et délits commis par les migrants qui emplissent les pages des journaux.

La décision du tribunal sera rendue le 9 septembre. D’ici là, soutenons les lanceurs d’alerte qui prennent chaque jour des risques pour attirer l’attention des Français sur les menaces qui pèsent sur leur patrie et dénoncer l’inaction des gouvernements successifs.