Ils dénoncent un ancien fiché S et sont condamnés !

Au mois d’octobre 2020, des jeunes identitaires étaient allés effectuer un collage d’autocollants à Goussainville. Dans cette ville, le maire Abdelaziz Hamida est accusé d’être un islamiste, anciennement fiché S. Ces militants avaient diffusé un message : « Aujourd’hui Hamida, demain le Califat », cherchant à alerter la population locale.

Après cette action politique classique, la répression s’est abattue sur eux. Convocation au poste de police, volonté affichée de perquisition, garde à vue et procès pour incitation à la haine. Les 5 prévenus ont comparu devant le tribunal ce 22 avril. Ils ont été condamnés à des amendes allant de 500 euros à 750 euros !

L’Association de Soutien aux Lanceurs d’Alerte (l’ASLA) apporte son soutien à ces jeunes militants. Leur condamnation est scandaleuse et doit inquiéter tous les défenseurs de la liberté d’expression. Informer les Français sur l’islamisme n’est pas un crime !